L’éducation à domicile comme suite logique d’une parentalité proximale

Dans le cadre d’un projet commun initié par Julie Duquette avec la collaboration de Julie R-Bordeleau (du blogue LilyAcademix), il a été demandé aux parents éducateurs de se joindre à nous afin de témoigner de leurs expériences de scolarisation à domicile. Le thème proposé traite de ce que la scolarisation à domicile représente pour nous (notre famille, nos enfants), de ce que cela nous apporte et de comment nous la vivons au quotidien. Vous pouvez trouver l’article à l’origine du projet sur cette page.

Voici le témoignage de Elaine Paquette (La caverne d’Ofélie)

Une prise de conscience de la parentalité proximale

Mon ventre a accueilli une nouvelle petite vie à la fin de l’année 2009. Dès que j’ai appris cette merveilleuse nouvelle, j’ai été poussée à faire de cette dernière maternité quelque chose de différent. L’âge et les connaissances que j’avais acquises me donnaient envie d’avoir une psychologie et une pédagogie de l’enfance bien différentes de ce que j’avais fait 10 et 13 ans auparavant. J’ai eu 2 premières grossesses agréables et 2 premiers accouchements sous le thème du naturel. J’ai par la suite cheminé sur cette voie. Par conséquent, cette dernière maternité, je la voulais naturelle dans toutes les sphères. J’ai réussi à contrôler un diabète gestationnel seulement en modifiant mon alimentation. Mon bébé est née sans choc hypoglycémique grâce à ce contrôle alimentaire (et donc glycémique) durant toute ma grossesse. Et j’ai effectivement accouché naturellement, sans intervention médicale. J’ai usé d’autohypnose, d’un bain chaud, de points de pressions.

L’allaitement de cette nouvelle petite fée n’était pas négociable. J’avais d’ailleurs allaité mes 2 premières. Par contre, je n’ai pas sevré ce bébé autour de ses 1 an. Je l’ai laissé choisir son propre moment de sevrage, qui s’est effectué à ses 23 mois. Finalement, j’ai bien sûr fait du co-dodo avec cette merveille et pratiqué l’hygiène naturelle du bébé.

Mon approche parentale, déjà inspirée par la bienveillance, le positivisme et le modeling de ma vingtaine; s’est transformé et a grandi vers quelque chose d’encore plus naturel en terme d’apprentissage. J’ai continué de lire sur le sujet, différentes approches, différents auteurs, différentes réalités culturelles… J’avais envie de la découvrir, elle, et de ne pas lui imposer mes propres découvertes. J’avais envie d’une éducation différente. J’ai commencé à parler de faire l’école à la maison alors qu’elle n’avait que 18 mois.

Le choix de la scolarisation à domicile

Quand son diagnostic d’amyotrophie spinale est tombé… le deuil, la peur et la tristesse m’ont accoL’éducation à domicile comme suite logique d’une parentalité proximalempagné quelques mois. Et l’idée de faire l’école à la maison est devenue un incontournable pour nous. Je voulais permettre à mon enfant d’avoir une vie d’enfant. Comment conserver une vie d’enfant en allant à l’école traditionnelle et en ayant des rendez-vous médicaux, des thérapies physiques et des possibles hospitalisations? Le mode de vie qui s’inscrit avec l’école à la maison allait nous permettre de lui laisser du temps pour jouer, être une enfant… mais aussi d’avoir la possibilité de
suivre son état de fatigue et ses besoins liés à sa maladie dégénérative.

Une nouvelle aventure s’est mise en branle dès ce moment. Notre décision était finale et sans retour : elle ferait l’école à la maison. J’ai donc répondu à toutes ses demandes d’apprentissage par la suite, peu importe le moment ou l’âge d’apparition de ses questionnements. Elle a appris à lire, à sa demande, dans l’été de ses 5 ans!

Ce que la scolarisation à domicile nous a apporté au quotidien

L’école à la maison permet d’intercaler au quotidien nos différentes activités et moments de vie. Cela lui permet de se lever quand elle a réellement reposé son corps selon ses besoins. De plus, toutes ses thérapies (ergo, physio) sont faites au travers de la journée. Elle n’est donc pas épuisée au moment de les faire et ces exercices ne se retrouvent pas en surplus d’un horaire scolaire.

Ce que la scolarisation à domicile nous à apporter au quotidienL’école à la maison nous a permis de choisir notre matériel selon nos besoins, nos intérêts et nos envies. L’apprentissage est demeuré un plaisir de découvrir. Aucune matière ne la rebute, elle aime toutes les matières parce qu’elle y découvre des secrets des grands! Elle découvre des secrets des mathématiciens, des auteurs, des scientifiques et des artistes. Cette ambiance ludique et privilégiée est un élément important pour nous. Elle a la possibilité d’approfondir un sujet autant qu’elle le souhaite, autant qu’elle a des questions, dans autant d’angles de découvertes possibles. Ainsi, puisqu’elle adore l’histoire (elle aime toutes les matières, mais elle a quand même ses préférées…) nous avons visité dans la dernière année : la Maison Amérindienne et le Fort Chambly. Elle a appris certaines traditions, modes vestimentaires, alimentation… de l’époque des Premières Nations et de la Nouvelle-France. Elle n’a pas eu à attendre telle ou telle année scolaire pour apprendre ce qui l’intéresse le plus. Cette manière de procéder permet au désir d’apprendre de demeurer vivant.

La socialisation

L’école à la maison permet une socialisation riche et diversifiée qu’on ne retrouve pas dans un contexte scolaire institutionnel. En effet, à l’école, les enfants sont en classe par groupe d’âge. Ils sont souvent en silence et ont peu de moments d’échange et de jeux libres qui sont pourtant les facteurs positifs les plus importants pour développer une socialisation positive; ainsi que les habiletés, attitudes et comportements sociaux d’un citoyen responsable et engagé. L’école à la maison, permet davantage de rencontres diverses (en âge, en nombre, en style, en culture, en religion) et c’est merveilleux. Il existe un partage des connaissances et des habiletés qui enrichissent vraiment le développement humain.

Après 2 ans dans cette aventure, nous ne changerions rien! Le bonheur de l’apprentissage, les rencontres riches et inspirantes, la possibilité de répondre à tous les besoins de notre fille sont les prémisses de notre vie.

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on RedditShare on TumblrShare on Google+Print this page

One thought on “L’éducation à domicile comme suite logique d’une parentalité proximale

Leave a Reply

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *